Présentation

Vue générale Arago avril 06-retouchee copie

La Caune de l’Arago est une cavité située à 3 km du village de Tautavel. Plus de 15 m de remplissage permettent de reconstituer les variations climatiques des Corbières méridionales et du Roussillon entre 700 000 et 100 000 ans.

En effet, les sédiments, les restes de pollen ou de faune (grands mammifères et microvertébrés) illustrent les fluctuations climatiques cycliques du Quaternaire entre les stades isotopiques 17 et 5.

Les restes osseux de grands mammifères ont été principalement accumulés par l’Homme et plus de 50 niveaux d’occupation ont été identifiés. Probablement charognards occasionnels, les occupants de la Caune de l’Arago pratiquaient surtout la chasse ainsi que l’attestent les études archéozoologiques.
Ovis Lat droite
Leurs proies les plus courantes étaient le cheval, le cerf, le renne, le mouflon, le bison, le rhinocéros, le daim, le bœuf musqué… selon les périodes. L’abondance et la diversité des vestiges paléontologiques confèrent à la Caune de l’Arago un rôle de premier plan dans la description de certaines espèces et dans l’élaboration du cadre biochronologique du Pléistocène moyen européen.
Planche Biface noir
Un abondant outillage lithique du Paléolithique inférieur est mêlé aux restes fauniques. Selon les niveaux, les galets aménagés, les pièces bifaciales, les nucléus, l’outillage retouché (racloirs, denticulés, becs,…), les éclats bruts et les débris sont plus ou moins nombreux et variés. Essentiellement réalisée en quartz local, cette industrie comprend également des matières premières qui reflètent des déplacements sur plus de 30 km. De manière globale, l’assemblage lithique représente une grande séquence culturelle acheuléenne, avec le quartz qui détermine un fond relativement homogène mais avec des assemblages spécifiques à chaque niveau d’occupation qui indiquent les activités et la cognition de ces populations.
Arago 21+13 profil 2

De plus, à ce jour, 149 restes humains ont été découverts, dont le célèbre Arago 21 et 5 mandibules. Arago 148 et 149 sont deux incisives humaines retrouvées en 2014 et 2015 dans les niveaux d’environ 560 000 ans toujours en cours de fouille. Représenté par des enfants et des adultes, des femmes et des hommes, des éléments crâniens et postcrâniens, ce matériel est essentiel pour préciser le statut de Homo heidelbergensis.

Si les pendages postdépositionnels compliquent le travail de fouille et des reconstitutions des paléosurfaces, ils sont très formateurs pour rendre compte des déformations physiques (plastiques et cassantes) des stratigraphies en contexte karstique. De la même manière, d’intenses altérations géochimiques qui affectent localement le remplissage aboutissent à des conservations différentielles des vestiges et illustrent clairement certains biais taphonomiques, inattendus dans ces milieux carbonatés.

Ainsi, la Caune de l’Arago est un site incontournable pour reconstituer : l’évolution des climats et les paléoenvironnements dans le NW du bassin méditerranéen au cours du Pléistocène moyen, l’évolution morphologique des premiers habitants de l’Europe et leur place dans le cadre géochronologique et paléoécologique du Quaternaire, l’évolution de la technologie, des comportements de subsistance et des activités sociétales des Homo heidelbergensis du sud de l’Europe.

Arago 149 : incisive humaine sur le niveau d’environ 560 000 ans

Inscription au chantier de fouille

Fouille J9 et I8-033

Chantier de fouille de mai à août.
Les participants doivent être majeurs et suivre un stage d’au moins 15 jours (4 semaines recommandées).
Le chantier accueille des étudiants en Géologie du Quaternaire, en Préhistoire, en Paléontologie, en Anthropologie ainsi que de jeunes chercheurs. Il est ouvert dans une certaine mesure à quelques bénévoles sans expérience de fouille préalable.
Une bonne condition physique est nécessaire, en raison des conditions climatiques parfois éprouvantes (températures estivales) du dénivelé entre le site de fouille et le camp de base (80 m), des positions de fouille et de tamisage,…
Il est impératif d’être à jour de votre vaccination antitétanique à la date de votre arrivée sur le lieu de fouilles.
Veuillez également signaler toute allergie, alimentaire ou autre (plantes, insectes) et tout problème de santé particulier (vertiges, chutes de tension…) qui pourraient gêner le bon déroulement de votre séjour ou qui nécessiteraient des précautions à prendre et d’éventuels soins spécifiques à apporter.
Pour des précisions sur l’accès au chantier, son implantation, son déroulement et autres aspects pratiques, cliquez sur les documents à télécharger.
Les activités comprennent la fouille dans la grotte (fouille fine, décapage,…), l’identification du matériel archéologique, l’enregistrement des objets sur carnet et sur plan, le lavage et le marquage du matériel, le tamisage et le tri des sédiments décapés. Elles peuvent inclure le dessin des coupes stratigraphiques, la restauration du matériel osseux, l’étude préliminaire du matériel de l’année,…

Pour s’inscrire :

Chaque postulant doit faire parvenir une lettre de motivation et un curriculum vitæ à :
Christian PERRENOUD
Centre Européen de Recherches Préhistoriques
Avenue Léon-Jean Grégory
66720 TAUTAVEL
perrenoud@mnhn.fr – 04 68 38 31 14
et renseigner la fiche individuelle de candidature (à télécharger ou à compléter en ligne). Il doit y joindre une attestation d’assurance et une décharge de responsabilité en cas d’accident et attendre de recevoir l’acceptation de son inscription avant d’arriver sur le chantier.
Sans confirmation de son inscription, il ne pourra pas être admis au stage.

Archives

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Inscrivez-vous à notre newsletter

Pin It on Pinterest

Shares
Share This